Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Batman : In Darknest Night - La bibliothèque de Ben Wawe

Publié le par BenT

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/en/5/54/Batman_In_Darkest_Knight.jpg

 

Nom : Batman : In Darkest Knight.

Auteur(s) : Mike W. Barr (scénariste), Jerry Bingham (dessinateur, peintre de couverture), Digital Chameleon (coloriste), Pat Brosseau (lettreur).

Maison d'édition : DC Comics.

Année de publication : 1994.

Personnages principaux : Bruce Wayne/Green Lantern, Sinestro, Commissaire James Gordon, Harvey Dent, Katma Tui, Kal-El/Clark Kent, Wonder Woman, Barry Allen, Gardiens de l'Univers.

Résumé général : Lors de son retour à Gotham City dans Batman : Year One de Frank Miller et David Mazzuchelli, Bruce Wayne sort d'abord dans les quartiers durs de la ville déguisé en vétéran, pour connaître la cité. Blessé, il reviendra difficilement chez lui avant de s'échouer dans son salon, fixant le tableau de ses parents, cherchant un moyen d'inspirer la peur chez les criminels. Dans la continuité classique, une chauve-souris pénètre par la vitre et donne l'inspiration au futur Batman ; ici, c'est Abin Sur, Green Lantern mourant en charge du secteur 2814, qui apparaîtra, guérira Bruce et le conduira à son vaisseau pour lui transmettre l'anneau.
Devenant Green Lantern, Bruce protègera la ville, empêchera le Red Hood de tomber dans une cuve qui le fera devenir le Joker, luttera contre Sinestro et libérera sa planète. Hélas, il s'attire, par son indépendance et son refus des règles habituelles, les foudres du Commissaire Gordon et de Harvey Dent (qui n'ont pas confiance en un être si puissant qui contourne les lois) mais aussi des Gardiens de l'Univers.
Sinestro, emprisonné puis libéré grâce à un anneau jaune, retrouvera Joe Chill et absorbera sa psyché pour s'en prendre à Bruce Wayne personnellement. Une lutte sans merci, où Sinestro se trouvera des alliés étonnants chez les connaissances de Green Lantern (Harvey Dent, Sélina Kyle en Star Sapphire), sera alors lancée, entraînant dans son sillage les assassinats de James Gordon et d'Alfred Pennyworth par Sinestro et obligeant les Gardiens à recruter parmi les plus puissants terriens.

Mon avis : En 2006, l'épisode 9 de la série Green Lantern (volume 4) offrait à voir un Batman armé de l'anneau de pouvoir :

http://mycomicpost.com/wp-content/uploads/2011/02/Green-Lantern-v4-9-00b1.jpg

En réalité, il s'agissait d'un numéro où Bruce Wayne et Hal Jordan faisaient la paix après un temps important de discorde et de tension. Ethan Van Sciver, le dessinateur, a pu ainsi offrir sa propre vision du look de Batman-Green Lantern, alors même qu'un précédent essai avait été réalisé, sans qu'il ne soit forcément très connu.
Dans Batman : In Darkest Knight (en référence au début du serment de Green Lantern et au fameux surtout de Batman, The Dark Knight), Mike W. Barr chronique ainsi en 46 pages comment Bruce Wayne aurait été s'il était devenu Green Lantern. Et c'est globalement une petite déception.

Comme pour Batman : Dark Knight Dynasty que j'ai déjà chroniqué ici, le scénariste commence très bien son récit, en usant là de multiples références à l'univers de Batman.
Utiliser ainsi le moment fondateur de la chauve-souris est une excellente idée pour que Bruce soit à la fois surentraîné et en possession de son anneau ; la narration, basée sur le journal intime que Wayne écrit en direction de son père, permet de tourner les événements d'une manière plus personnelle, plus forte et c'est également très bien.

http://www.worldofsuperheroes.com/wp-content/uploads/2011/04/Green_Lantern_Darkest_Knight_003-2.jpg

La méfiance de Gordon envers Bruce au vu de son ultra-puissance est également bien pensée et permet de parfaitement caractériser le personnage ; le rejet et la jalousie de Dent offrent également un éclairage intéressant sur le procureur ; enfin, le fait que Wayne soit ultra-efficace comme Green Lantern et n'essaye pas de faire la morale à Sinestro, au contraire de Jordan, est lui aussi une bonne idée.

Malheureusement, à plus ou moins la moitié du récit, Batman : In Darkest Knight perd peu à peu de sa qualité, jusqu'à devenir quasiment n'importe quoi. Sinestro, échappé de Qward, use en effet de son anneau jaune pour prendre la forme d'un jeune Bruce Wayne et choquer Joe Chill (!) pour absorber sa psyché et ainsi avoir en lui sa personnalité (!) ce qui le pousse à s'habiller comme un pseudo Joker (!).

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQoyweuwtsqupbpZWj_tlJbRyvY5QrUpy6ep5PWZyEsWgHzNX8eWaPCm2dJ

Personnellement, je ne savais pas que l'anneau jaune permettait de telles prouesses... et je n'en vois pas l'intérêt. Barr transforme Sinestro en pseudo Joker, vaguement fou, qui s'acharne sur Bruce Wayne et recrute parmi ses éventuels adversaires (les pathétiques transformations de Harvey Dent et Sélina Kyle, arrivant comme des cheveux sur la soupe).
Le récit était jusque-là bon, solide, mais l'auteur préfère se concentrer sur l'univers de Batman et faire fi des références aux Green Lanterns. S'en suivent des péripéties insipides, où les Gardiens recrutent parmi les autres surhumains de la Terre pour stopper Sinestro et Bruce Wayne, qui ne répond plus aux ordres et préfère perpétuer sa propre vengeance contre les deux êtres qu'il hait tant.

http://2.bp.blogspot.com/_6xoH967aC00/TR8hpk22tCI/AAAAAAAAcCg/CpvOfFxpaiw/s400/reign075.jpg

Finalement, Batman : In Darkest Knight ne vaut que pour deux choses : sa sublime couverture peinte et sa première partie. La suite est globalement infecte, beaucoup trop centrée sur l'univers Batman et rejetant totalement l'aspect Green Lantern. Barr a voulu rendre son récit trop "Batmanien" et en a fait quelque chose de totalement farfelu et improbable. C'est vraiment dommage, car l'idée de départ était bonne, le début très plaisant mais la suite se perd complètement.

Au niveau artistique, Bingham livre des planches claires, solides, classiques mais sans génie. Elles ne sont pas toujours très dynamiques, rarement très belles et globalement peu inspirées. C'est du dessin sans réellement défaut, mais sans aucun génie. C'est solide, encore une fois, mais ça ne peut pas, selon moi, dicter un achat.

Batman : In Darkest Knight souffre donc d'un problème de propos, d'orientation et d'idées. Barr me déçoit plus que pour Batman : Dark Knight Dynasty mais j'espère lire un jour une de ses histoires où la fin n'est pas loupée !
Bientôt, je vous parlerais soit de Batman : Dreamlands où notre Chevalier Noir va dans la Zone 51 (mais j'hésite, la critique serait entièrement négative et je n'aime pas démonter un comics gratuitement), soit de l'excellente mini-série Osborn chez Marvel. Salut !

Commenter cet article

Cyril 28/01/2012 03:28

Batman Dreamlands (que je n'ai pas lu)...
C'est fort noble de ne pas vouloir démonter une oeuvre.
Quand je vais voir une mauvaise pièce de théâtre de 3 heures je regrette de ne pas me mettre à écrire à ce sujet...(oui je parle d'expérience).
Désolé aucun intérêt.

BenT 28/01/2012 13:47


Pas de souci. ;) Je ferai peut-être un article rapide sur mes "pires" lectures, très court, pour simplement expliquer mes raisons.