Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

For God & Country : un comics sur la mort d'Oussama Ben Laden

Publié le par BenT

Bonjour à tous.

 

Sur l'excellent site Kamui Robotics de Daniel Andreyev, qui chronique essentiellement les jeux-vidéos, les films et les comics avec humour et culture, j'ai découvert que le site du magazine GQ a commandé à des auteurs de comics quelques pages sur le raid américain contre la planque pakistanaise d'Oussama Ben Laden, et donc son assassinat.

Matt Fraction (scénariste de Casanova, Invincible Iron Man, Mighty Thor, Fear Itself, Defenders), Nathan Fox (dessinateur de Dark Reign : Zodiac, The Haunt) et Jeromy Cox (coloriste) livrent donc ces planches dont je vous laisse le soin de les découvrir.

 

Les pages sont donc disponibles ici. Je ne peux pas les mettre directement sur le blog, certainement parce que chaque case peut afficher les commentaires des deux auteurs sur les planches qu'ils ont réalisé.

 

Je suis personnellement partagé sur le résultat. Si je suis toujours fan du trait et du style de Nathan Fox, qui livre une véritable atmosphère à chaque planche, qui a un dessin spécial mais qui s'adapte très bien aux ambiances sombres, glauques et tendues, l'idée même est quelque peu dérangeante.

Le scénario de Matt Fraction n'est pas mauvais, il gère plutôt bien une tension qui aurait pu être inexistante étant donné la fin que tout le monde connaît ; sa double narration est classique mais plutôt bonne, il n'offre pas une réelle propagande par des mots et des expressions trop appuyés.

 

Cependant, l'idée même d'un comics sur la mort de Ben Laden me gêne un peu.

Oussama Ben Laden a été l'instigateur et l'organisateur du premier grand attentat du XXIe siècle, il a véritablement changé le monde et l'a poussé dans une ère de sécurité, de paranoïa et de prudence exacerbées. Il est devenu, en dix ans, l'objet d'une haine et le justificateur de mesures difficiles, parfois injustifiables et souvent dangereuses et violentes.

 

Néanmoins, ce comics, même s'il est assez soft, me fait clairement penser à une forte propagande pour l'assassinat de Ben Laden, et donc pour montrer positivement l'action du gouvernement américain. Si Fraction n'ose pas s'aventurer réellement sur ce terrain, l'idée même de GQ ne fait, selon moi, pas autant et a clairement comme volonté de rappeler à tous comment les Etats-Unis ont enfin pu assassiner celui qu'ils avaient, à juste titre ou non, diabolisé.

 

Je suis donc mal à l'aise devant ce comics, qui est objectivement bien réalisé, bien dessiné, bien raconté, mais qui est issu d'une volonté qui, je pense, est beaucoup moins sympathique et agréable. GQ l'indique clairement, à mon avis, dans son introduction à la BD : 

The target. The shooter. The news event of the year. GQ invited a team of comic-book legends to create an original vision of the May 2 raid on Osama bin Laden's Abbottabad compound—the brief, bloody confrontation that changed the world in minutes. And for special annotations on the creation of this comic strip, scroll over the red icons on each panel.

Certes, la mort de Ben Laden a bien changé le monde, mais est-ce que cela valait le coup d'en faire un comics, à la base un objet de plaisir, de culture et de détente ? Personnellement, je ne pense pas, même si le résultat est objectivement bon.
Et vous, qu'en pensez-vous ?
Sinon, pour se changer un peu les idées et profiter d'un dimanche neigeux, voici quelques éléments pour ceux qui s'intéressent à Ghost Rider 2 : Spirit of Vengeance, film qui a l'air d'une débilité flagrante mais totalement assumée, ce qui en fait potentiellement un délire génial.
Une affiche :
http://s.tf1.fr/mmdia/i/20/2/affiche-americaine-du-film-ghost-rider-l-esprit-de-vengeance-10602202oelca.jpg?v=1
Un pitch :
L'histoire de Ghost Rider : l'esprit de vengeance sera centrée sur Danny (Ketch ? il s'agit, dans les comics, du deuxième Ghost Rider, après Johnny Blaze), un jeune garçon porteur d'une prophétie qui suscite la convoitise de Roarke, un homme mystérieux possédant de grands pouvoirs. On fait alors appel à Johnny Blaze pour se lancer à la recherche de l'enfant en lui proposant comme récompense de le libérer de son alter-ego de Ghost Rider. Poussé par le désir de lever sa malédiction et celui de sauver le garçon, le rider parviendra-t-il à s'affranchir de la menace de Roarke ?
Une date de sortie en France : le 15 février 2012.
Une deuxième bande-annonce : ici (où Christophe Lambert apparaît !).
Et la certitude que Hyper-Tension 1 et 2, les deux films débiles assumés des deux réalisateurs du deuxième Ghost Rider, auront droit à un petit frère : ici.
Que d'excellentes nouvelles pour des films totalement barrés et assumés !
A bientôt !

Commenter cet article

Romain 18/12/2011 19:47

"Sinon, pour se changer un peu les idées et profiter d'un dimanche neigeux"
Plein soleil ici, vieux.
Je ne m'attarde pas sur Ghost Rider. Ca m'intéresse pas plus que ça.

Pour ce qui est du comics... Je serais tenté de dire "Après tout, pourquoi pas". Parce que justement, contrairement à ce qui propose un certain auteur américain, je n'ai pas trouvé que ce récit
était nationaliste, voire sécuritaire et c'est ca qui m'a plu. Ben Laden n'est ni présenté comme un fasciste dans ses planches (il ne se sert pas des femmes pour se protéger, comme le sous
entendent certains), juste un homme acculé, épuisé. Les américains ne sont pas présentés comme des héros, ils sont même plutôt anonymes. Au final, ce comics présente juste un pan de notre histoire
récente.

Est-ce que tu es gêné parce que c'est "trop frais" ? Ce serait un film sorti dans cinq ans, je pense que tu aurais été moins touché. Ou alors c'est le format. Comics = jeunesse pour beaucoup, et
mettre entre les mains de jeunes ce genre de littérature serait maladroit, surtout si le gamin n'en saisit pas les subtilités. Je pense pour ma part qu'il faut voir ce comics comme un support
artistique, et non pas de divertissement. On a la vision de l'auteur sur un événement récent. Comme des artistes ont peint sur la Shoha, ou des livres ont été écrits sur la guerre au Vietnam. Il
faut prendre du recul et considérer la mort de Bel Laden pour ce qu'elle est : une (petite) page dans l'Histoire, page qui mérite d'être contée.

BenT 18/12/2011 19:50



Ca vient peut-être du caractère récent de sa mort, en effet. Sûrement aussi du fait que c'est un magazine culturel, qui ne s'intéresse habituellement que très, très peu aux comics qui a commandé
ces planches. Personnellement, que des auteurs de comics s'emparent de ce sujet ne me gêne pas ; le récit en lui-même est, comme je l'ai dis puis toi, assez bon et évite l'écueil du nationalisme.


Non, mon souci principal vient du commanditaire et de sa raison. J'ai l'impression que GQ a voulu profiter des classements et bilans de fin d'année pour faire le buzz en usant d'un moyen
"original" (un comics) pour rappeler l'assassinat de Ben Laden. Et, en ce sens, ça me met mal à l'aise parce que j'ai l'impression que c'est clairement voulu comme une propagande et comme un
outil de communication pour attirer l'attention.


 


Et, même si Ben Laden est responsable de milliers de morts en 2001, ça me met mal à l'aise qu'une mort aussi récente soit utilisée ainsi.