Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Gravel : Sales menteurs - La bibliothèque de Ben Wawe

Publié le par BenT

http://www.mdcu.fr/upload/comics/covers/fr/img_comics_2492_gravel-tome-1-sales-menteurs.jpg

 

Nom : Gravel Tome 1 - Sales menteurs.

 

Auteurs : Warren Ellis (histoire et script), Mike Wolfer (script et illustrations inter-chapitres), Raulo Caceres (dessinateur chapitres 1 à 3), Oscar Jimenez (dessinateur chapitre 4), Greg Waller (couleurs chapitres 1 à 3), Juanmar (couleurs chapitre 4).

 

Maison d'édition : Fusion Comics.

 

Année de publication : 2012.

 

Personnages principaux : William "Bill" Gravel, Sept Mineur, Sept Majeur, Thomas Carnacki.

 

Résumé général : Militaire dans l'âme, Bill Gravel est un magicien soldat, usant de ses connaissances dans le domaine mystique et surnaturel pour lutter contre les forces obscures et protéger le Royaume-Uni, même au-delà de ses terres. Au retour d'une longue mission en Afghanistan, il découvre que l'organisation de détectives occultes dont il faisait partie, le Sept Mineur, l'a cru mort et l'a remplacé par un jeune magicien qui leur a livré le Sigsand, un manuscrit terrible disparu depuis 90 ans. Gravel se lance alors dans une quête de réponses et de pouvoirs pour retrouver sa place et empêcher ses anciens associés de mal utiliser les morceaux du manuscrit qu'ils ont hérité.

 

Mon avis : Comme l'indique l'introduction de ce tome, Gravel est issu d'un scénario de Warren Ellis pour Hellblazer, la fameuse série de John Constantine. De l'avis de beaucoup, que je confirme, l'auteur est né pour écrire cette série mais les quelques numéros qu'il a signés étaient décevants car très communs ; il quitta le titre après une censure de l'éditeur DC Comics quand il avait réalisé un numéro traitant d'un massacre dans un lycée américain par un élève, et ledit numéro devait sortir quelques semaines ou mois après le drame de Columbine. L'éditeur n'avait pas voulu mettre le feu aux poudres en publiant l'épisode, provoquant la colère du scénariste britannique et son départ de la série.

Cependant, Ellis reprit donc une de ses idées de son passage rapidement annulé pour lancer en 1998/1999 Gravel : Strange Kiss, première mini-série traitant du magicien soldat. Suivront Strange Kisses, Strange Killings, Strange Killings : Body Orchard, Strange Killings : Strong Medicine, Strange Killings : Necromancer et finalement une série classique dès 2007 - celle-là même qu'on retrouve dans ce premier tome.

 

Fusion Comics, qui comprendra maintenant tous les titres édités par Panini Comics en dehors de Marvel, commence donc la publication de Gravel en prenant les quatre premiers épisodes de la série "classique" Gravel. Sautant donc les six mini-séries précédentes, l'éditeur met donc en avant la première partie du story-arc initial en sept parties en espérant surfer sur le succès éditorial des productions Avatar (l'éditeur VO) de Warren Ellis, qu'on retrouve généralement chez Milady Graphics.

Malheureusement, le résultat n'est pas autant enthousiasmant que No Hero, Black Summer, Supergod et Freakangels (qu'on retrouve au Lombard).

 

En effet, si l'idée originale de Gravel est assez bonne, un magicien utilisant ses connaissances comme un soldat classique, et si le thème de cette histoire permet également de bonnes choses, la recherche d'un manuscrit trop dangereux et le règlement de comptes avec les anciens collègues devenus fous et/ou trop méchants, la réalisation est assez faible.

Globalement, Ellis retombe dans ses travers : gore extrême, passages glauques sans raison (juste pour choquer), trop longs combats, rythme trop décompressé.

 

 

http://splashpage.mtv.com//wp-content/uploads/splash/2012/03/gravel.jpg

Gravel contre les terroristes, le début de l'histoire.


 

Les épisodes s'attardent sur chaque membre du Sept Mineur et est sur un schéma trop classique : premier contact, menaces, explications, combat. A part le dernier numéro, qui est le moment d'éclaircissement de toute l'intrigue, tout est fait sur ce moule et ça ne s'élève jamais. Ellis ne tente rien, n'essaye rien d'innovant ou d'original : il livre de la baston bête et méchante, avec des phrases "bad-ass" comme Bruce Willis aurait pu les dire dans ses meilleurs rôles, mais ça ne sonne pas aussi bien.

 

Les personnages sont peu développés, Gravel est un être monolithique, engoncé dans ses certitudes et ses à priori. Autant on peu le suivre quand il s'agit de s'en prendre à ses anciens alliés (le pervers, la suffisante), autant j'ai eu du mal à accrocher à sa quête, basée quand même sur une jalousie et une crise de colère d'un type qui ne supporte pas d'avoir perdu sa place dans la bande.

L'ambiance est elle aussi monolithique, classique dans le surnaturel glauque, sans rien d'original ou de novateur. L'univers est trop peu développé pour m'intriguer totalement : le concept du Sept Mineur et du Sept Majeur est bon mais doit être nourri encore, le Sigsand est une bonne idée mais ne devrait être qu'un concept secondaire pour soutenir les propositions principales d'Ellis... qui sont absentes.

 

Avec, en plus, des dessinateurs très peu inspirés et/ou talentueux, des couleurs trop sombres, un encrage trop gras et une qualité globalement très faible, ça donne un comics décevant : l'idée de départ est bonne, la réalisation lourde et empruntée et le rendu graphique assez laid.

Dommage, je tenterai la suite pour la fin de l'histoire mais j'espérais plus.

Commenter cet article