Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La créature - 20 août 2010

Publié le par Benjamin Thomas

Bonjour.

 

Un nouveau texte, que j'espère plus populaire que le précédent. Bonne lecture !

 

La créature

 

**

Commenter cet article

Romain 05/09/2010 22:31


Je commente aussi, un peu en retard, mais j'ai attendu de voir le Dracula de Coppola inspi' Stoker avant de donner un avis, histoire d'avoir ne serait-ce qu'un vague aperçu de la vision du Bram sur
les vampires.
Mon avis est sensiblement le même que les autres, mais je vais développer un peu.

Première partie, jusqu'à l'apparition du vampire, rien à dire : très bonne ambiance, un relationnel intéressant avec sa femme, un personnage principal assez habituel (traditionnel même) pour toi et
c'est peut-être le seul défaut que j'y vois. Le style est bon (deux, trois répétitions pas trop gênantes), l'univers est glauque mais pas trop... C'est bien.
Après, le vampire apparait. Et là, ca coince un peu.

Tu dis que le personnage est arrogant et que c'est quelque chose que tu as voulu faire passer par le dialogue, mais pour moi il est surtout très bavard dans le cas présent. S'il est si arrogant,
pourquoi tout expliquer à un type lambda ?
J'ai l'image, comme beaucoup de monde, du vampire effrayant et énigmatique, charismatique et envoûtant mais là, c'est juste (et tu l'avoues toi-même) un moyen de donner une explication. Hors
l'explication est inutile ! La référence à Stoker, c'est bien, mais c'est dispensable dans le cas présent. La seule information importante, c'est le rôle d'Arlak, mais j'ai l'impression que tu veux
expliquer les détails du récit, pour ne pas prendre le risque de ne pas être compris par le lecteur : ce n'est pas une bonne chose à mon sens car il faut justement s'entraîner à faire comprendre à
ceux qui te lisent les éléments sous-entendus qui composent ton intrigue ; le sang, la nature de vampire, l'attaque sur sa femme... Toutes ces choses peuvent être dites autrement que par un
discours, long et fastidieux : c'est en ça qu'on reconnaîtra un auteur capable de jongler avec les mots et l'esprit du lecteur. ;)

Que tu expliques le rôle d'Arlak, oui c'est nécessaire, mais, à mon goût, tu en dis trop, tu ne laisses rien à la déduction. Un "Arlak, te voilà enfin... J'ai tellement faim" suffit à faire
comprendre beaucoup de choses sans faire trois paragraphes de dialogue.

Bon, je ne vais pas m'étendre plus longuement sur ce point (désolé si c'est un peu confus), je vais terminer sur la fin qui est un peu trop sobre. Je suppose que faire mordre Gabriel ne serait pas
une bonne chose (les vampires ne doivent pas faire don de leur immortalité à n'importe quel homme) mais je trouve que le fait de "bêtement" mourir, même si cela sauve pour un temps Arlak, c'est
manquer beaucoup de choses... Là, le récit t'appartient et ce n'est que mon avis d'écrivaillon. ;)

Encore un pavé, je suis maudit !

Un peu travail de réécriture sur la dernière partie et le texte serait très bon : l'idée est très bonne, l'ambiance très bien décrite et il y a du potentiel dans tout cela. Un peu plus d'ambition,
Ben ! =)


Kaully (Derek) 24/08/2010 18:11


Très jolie histoire comme je les aimes. Le discour de ce cher vampire est un peu étrange. Trop "Salut je suis le méchant, voici pourquoi". Il a besoin de tout expliquer ?

Super, continue. (Entretemps je m'attaquerai aux autres histoire que tu as écrit.


Benjamin Thomas 25/08/2010 11:30



Salut !


Merci de ton avis. C'est vrai que le vampire raconte beaucoup et rapidement, mais j'ai voulu en faire la preuve d'une certaine arrogance. Dans le genre "je te dis tout, je te dis ce que je t'ai
fait, je te terrifie et après je te tue car je suis supérieur". Il a le pouvoir : la connaissance, héritée de son expérience mais aussi de sa longue existence. J'ai voulu le faire se complaire
dans sa supériorité et ainsi étaler sa science.


J'ai aussi voulu qu'on retrouve ça dans le combat : il est d'abord cool, il se fait tirer dessus mais maîtrise ses ennemis - au début. Après, quand il est stoppé en attaquant Gabriel, il s'énerve
: on l'a empêché de faire ce qu'il voulait, on a osé l'arrêter, il ne le supporte pas car il est supérieur et s'acharne alors. C'est un peu cette idée d'arrogance et de supériorité que j'ai voulu
montrer.


Après, bien sûr, c'était aussi plus pratique qu'il raconte tout.


 


Merci de ton avis en tout cas !



Benjamin Thomas 21/08/2010 20:56


Merci à vous deux. Mon idée était surtout de lancer le personnage pour d'autres personnages.
Merci aussi pour vos corrections !


Peeshan 21/08/2010 13:42


Pas mal. Une erreur vers la fin: "méthodologiquement". Ce serait plutôt "méthodiquement". Le mélange vampire-science fiction rappelle un peu le film Daybreakers, même si l'histoire est différente.


Julie 20/08/2010 23:34


Intéressant :)
J'ai bien aimé. Comme d'habitude, au début, il y a ce petit moment avec le personnage qui ne nous dit pas trop où on va mettre les pieds, mais assez pour deviner qu'on s'embarque dans quelque chose
d'étrange....
Le seul petit reproche que je pourrais te faire, c'est sur la manière dont parle le vampire... Un peu trop brutale, directe, que celle à laquelle je m'attendais. Après, je suppose que ça dépend de
la manière dont on imagine les choses...

Mais ça ne change rien, je suis toujours aussi fan :)

Ah oui, et tant que j'y pense, j'ai trouvé ça :
"Gabriel colla son temps contre le tube."
et à la fin
"Du sang recouvra les murs"

Fais attention ;)