Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Légion - 15 mars 2010

Publié le par Benjamin Thomas

Bonjour tout le monde !

Après un gros passage à vide dû aux examens et à une crève persistante, j'ai profité d'un voyage en train pour écrire quelque chose. On n'est pas dans du Corlatius, on n'est pas dans de l'auto-référencé : ça reste un petit texte, une tranche de vie avec un peu d'idées autour. J'espère que ça vous plaira ! Bonne lecture !
 

Légion

15 mars 2010

 

**

Commenter cet article

Romain 17/03/2010 17:54


Yow !
J'annonce la couleur : c'est pas ton meilleur texte.

Je trouve le tout long, au niveau de l'action. Les étapes sont bonnes, avec trois cadres différents qui présentent bien la situation, mais le récit manque d'action. C'est peut-être moi qui suis
habitué à des histoires plus mouvementées, mais je pense que tu pourrais ajouter ci et là des anecdotes sur ce qui entoure le personnage, qui relève un peu la morosité (presque obligée) de
l'histoire.

Détailler plus le job de Cendreur (j'aurais aimé que Hay s'apprête à cramer une demoiselle, et que celle-ci prenne le temps d'une seconde les traits de sa femme : elle a cramé en bagnole elle
aussi), décrire le lieu où se trouve Hay quand il fait sa confession (tu ne dis pas une ligne à ce sujet : une église technologico-moderne ? Ca peut être super à décrire, avec des Leu-Ko face à
chaque personne venue se confesser), ajouter, pour montrer que depuis son accident Hay est véritablement phobique de la douleur, des rembourrages à son mobilier...
Bref, des détails qui relèvent un peu l'action, complètent l'univers mieux qu'un long discours sur le régime politique, nous faisant légèrement sortir du schéma de l'histoire, comme une pause.

Parce qu'à la moitié de la nouvelle j'ai vraiment saturé et j'ai dû m'arrêter : beaucoup d'informations, peu d'évolution... C'est vite lassant.
C'est le seul gros souci que j'ai. J'aime toujours ton style (gaffe aux facilités : j'ai parfois l'impression de lire des paragraphes (notamment ceux de désespoir/j'ai une vie de merde) que j'ai
déjà trouvé dans tes autres textes). Tu sembles particulièrement apprécier les univers technologico-tyranniques (qu'il est beau, ce mot) ce qui me fait penser à un truc : pourquoi ne pas rejoindre
tes différentes nouvelles (Corliatus, Paradis perdu...) dans une saga ? Tu pourrais présenter le même univers sous le point de vue de différents pions, avec comme fil rouge Corliatus/V qui veut
abattre le système... Je pense que tu pourrais faire quelque chose de vraiment bon.

Poste plus souvent, sinon ! Exams, maladie, je veux pas savoir !


Benjamin Thomas 18/03/2010 22:07


Merci à tous les deux pour l'avis et le commentaire.
Romain, je ne pense pas qu'il faille plus de dynamisme : j'ai voulu faire quelque chose de "posé" pour de l'introspection, et je ne pense pas que plus d'action aurait aidé. Après, oui, plus de
détails, ça aurait sûrement mieux, mais je l'ai écris en "coup de coeur" et j'en suis assez heureux. Ca reste un univers à creuser, assurément.
Ensuite, pour tout lier, c'est une bonne idée mais j'ai peur d'être enserré dans un carcan à respecter. Surtout, comment faire intervenir Corlatius, symbole d'espoir, avec une telle fin ?


Florence 16/03/2010 08:39


Hello,
j'aime ce ton gai et enjoué!!!
Ta nouvelle est bien menée, vocabulaire très bien, quelques répétitions. Ce serait bien que tu développe encore plus les états d'âme de ton héros, puisque ça fait 2ans 1/2 qu'il lutte.
Sinon, tout bon, bien prenant.
Flo