Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pas de billet, pas de bus - 10 mai 2013

Publié le par BenT

Bonsoir à tous.

 

Récemment, je n'ai utilisé ce blog que pour publier quelques critiques comics et promouvoir mon personnage de Lord Corlatius, un symbiote sautant de corps en corps et également voyageur dimensionnel luttant contre une race de monstres dont il est pourtant issu. Cependant, si je m'amuse énormément avec lui, et si je suis plus que fier de sa première publication et des futurs projets BD autour de lui, j'ai également comme ambition d'éditer un jour un recueil de nouvelles de Science-Fiction, une de mes grandes passions.

 

Si vous pouvez déjà retrouver certaines de mes nouvelles dans une catégorie spéciale sur ce blog, tout n'est pas encore publié ici mais je tiens néanmoins à vous proposer une histoire toute récente et que j'apprécie : Pas de billet, pas de bus.

 

Sous ce titre tout simple et peu évocateur pour de la S-F, voici donc ma dernière nouvelle en date, qui s'intègre globalement à l'univers que j'ai commencé dans U-P, Contrôles, Gabrielle & Pete, Le bon compte, Le pari et Paradis perdu. Bonne lecture et à très bientôt !

 

 

Pas de billet, pas de bus

 

**

Commenter cet article

Zora 11/05/2013 15:56

L'impression que l'on a de l'univers par cette simple nouvelle oscillait pour moi entre tournis et claustrophobie. Je n'aimerais pas vivre là, de toute façon je supporte pas le bus. C'est
anecdotique mais j'ai adoré l'idée que l'autorisation de monter dans le bus ne veuille pas pour autant dire l'autorisation de s'asseoir également, c'est simple mais ignoble à la fois.

Comme d'habitude tu nous balades sans problèmes dans la psychologie du personnage qui sert de "héros" au texte et nous conduit à travers celui-ci comme il conduit son véhicule. La fin est
effroyable de par sa simplicité: Frank continue de faire son travail, il n'y a pas besoin de plus.

BenT 11/05/2013 18:00



Merci beaucoup, je suis ravi de l'impression de malaise que je voulais créer soit ressentie.



Emmessem 11/05/2013 13:16

Premièrement, le personnage principal est extrêmement charismatique. Ensuite, en plus du scénario - avec un piège dedans, je m'attendais avoir la fin un peu plus tôt, même si c'est pas très clair
ce que je dis pour éviter de spoiler dans les commentaires - qui est vraiment bien et intéressant, tu montres encore une fois à travers les sentiments de ton personnage que tu fais de la bonne
science-fiction sans négliger l'aspect humain, c'est vraiment très bien.

BenT 11/05/2013 14:07



Merci beaucoup !



Jonathan 10/05/2013 23:38

Nous retrouvons donc avec plaisir le Consulat et son univers impitoyable, Ô joie.

On a l'impression de lire le descriptif d'une réalité sociale angoissante et étriquée au travers de ce personnage froid et littéralement noyé dans son travail tout entier, tellement définit par sa
fonction et son emploi que je ne me suis pas offusqué de ne pouvoir lui donné un nom et un prénom que lorsqu'on l'apprend.

La force des détails et toutes les habitudes de ce dernier, le descriptif d'une journée "comme les autres" avec ses revers et ses moments de satisfaction (joie me semblait être mal avisé avec un
tel personnage) donne un franc relief à la nouvelle, on le suit, assit dans son bus, juste au dessus de son épaule et on se laisse bercer par le voyage, quoi que l'on en vient à se demander où nous
finiront par arriver, sentiment amplifié lorsque ses collègues commencent à expliquer qu'il y a eu (dans un univers comme celui-là, quel crime!) du changement. Je m'attendais à un détournement, un
groupe de voyageur à faire accepter dans le bus alors qu'il n'avait pas les moyens de payer, mais non; on tombe sur la révélation finale et j'ai conclu que c'était la raison des efforts de ses
collègues pour éviter justement cette rencontre peut-être me trompé-je.
Et ce final. Ah là là, j'étais prêt à croire à une rédemption, un changement, une réconciliation larmoyante romantique mais pas à ça, pourtant rien dans la nouvelle ne laisse pensé qu'il puisse un
instant vaciller, mais cette peur finale, je pensais qu'elle le ferait basculer. Le fait est que non et c'est une fin idéale pour cette nouvelle et son personnage...enfin... employé principal.

Merci pour cette nouvelle, j'ai pris un grand plaisir à la lire, ton style continue de ma séduire!

BenT 10/05/2013 23:48



Merci beaucoup, je suis très flatté et content !


 


A la base, j'avais imaginé une autre fin, où le personnage était victime de sa philosophie de vie, piégé par ses collègues et forcé de prendre le bus sans billet... mais je me suis dit que le
principe de "l'arroseur arrosé" était trop vu, trop cliché. J'ai voulu improviser, changer un peu mais garder quand même les trois phrases finales, que j'avais dès le début.


 


Merci en tout cas de me suivre et d'apprécier, c'est très agréable d'avoir un retour et surtout un retour aussi complet !