Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Top 10 des plus gros échecs de l'Histoire du cinéma

Publié le par BenT

Bonjour à tous.

 

Le 7 mars 2012 sortait sur nos écrans John Carter, nouveau film Disney adapté des oeuvres de Edgar Rice Burroughs, le créateur de Tarzan. Malheureusement, le film s'avère être un flop et coûtera 200 millions de dollars en pertes à Disney. L'occasion pour moi de découvrir et de vous présenter les dix plus gros échecs de l'Histoire du cinéma, du plus petit au plus grand, d'après un article du Guardian.

 

10) Furtif (2005) de Rob Cohen : 111,7 millions de dollars de perte.

 

http://images.allocine.fr/r_160_240/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/35/56/08/18437882.jpg

 

Descendant de Top Gun, Furtif comprenait deux atouts de point : le récemment oscarisé Jamie Foxx pour son rôle dans Ray et Jessica Biel. Malheureusement, l'échec fut au rendez-vous pour ce film d'avion militaire dont la bande-annonce ne donnait déjà pas très envie.

 

 

 

9) La Porte de Paradis (1980) de Michael Cimino : 114,3 millions de dollars de perte.

 

http://images.allocine.fr/r_160_240/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/35/24/23/18430174.jpg

 

Récit d'époque, en 1890, sur un sujet social et patriotique, La Porte du Paradis est un des derniers westerns et enterre difficilement le genre. Une chute brutale, récemment reprise comme un film d'auteur déprécié à sa sortie.

 

8) Speed Racer (2008) de Andy et Lenny Wachowski : 114,5 millions de dollars de perte.

 

 

http://images.allocine.fr/r_160_240/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/64/21/35/18927508.jpg

 

Film psychédélique adapté de la série animée légendaire, Speed Racer devait ramener à la réalisation les créateurs de Matrix, entourés pour l'occasion de plusieurs stars, notamment Christina Ricci et John Goodman. Hélas, leur délire n'a pas su emporter les foules, et ça se comprend assez vu la bande-annonce nanardeuse à souhait.

 

 

 

7) Potins mondains et amnésies partielles (2001) de Peter Chelsom : 124,2 millions de dollars de perte.

 

http://images.allocine.fr/r_160_240/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/00/02/29/50/69199528_af.jpg

 

Film sur des quadras/quinquas trompant leurs femmes, Potins mondains et amnésies partielles est typiquement le genre de long-métrage insupportable, lent et absolument dénué d'humour efficace. La bande-annonce, terriblement longue, en est un parfait exemple : Warren Beatty, Diane Keaton et Charlton Heston ne peuvent pas sauver cette chose.

 

 

 

 

 

6) Le 13e guerrier (1999) de John McTiernan : 137,1 millions de dollars de perte.

 

http://images.allocine.fr/r_160_240/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/35/91/45/19009412.jpg

 

Film maudit après un désaccord entre le réalisateur légendaire des Die Hard, le scénariste et les producteurs, Le 13e guerrier aurait pu et dû être un grand récit d'aventures : avec un Antonio Banderas concerné, un scénario correct et solide, un réalisateur confirmé aux manettes, rien n'aurait dû l'amener à se trouver dans ce classement. Hélas, une fin modifiée (à l'original, le héros était le roi viking et pas Banderas) et tournée par quelqu'un d'autre et d'autres problèmes (notamment ce changement de titre, l'original aurait dû Eaters of the Dead, et Omar Sharif qui quittera le cinéma après le tournage, dégoûté) auront propulsé ce pourtant bon film dans ces méandres.

 

 

 

5) Milo sur Mars (2011) de Simon Wells : 140,5 millions de dollars de perte.

 

http://images.allocine.fr/r_160_240/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/79/96/72/19541208.jpg

 

Film en motion-capture issu de Disney, Milo sur Mars racontait l'histoire d'un enfant pénétrant discrètement dans le vaisseau spatial martien qui enlève sa mère, et essaye de la libérer sur Mars. Un bide retentissant pour un long-métrage dont je n'ai même pas entendu parler, et dont la bande-annonce me confirme ma volonté de ne pas m'aventurer plus loin.

 

 

 

4) Sahara (2005) de Breck Eisner : 144,9 millions de dollars de perte.

 

http://images.allocine.fr/r_160_240/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/35/53/33/18424020.jpg

 

Fade copie de Indiana Jones, Sahara réunissait Matthew McConaughey (le beau gosse qui ne fait plus que des pubs) et Pénélope Cruz dans un récit assez lourd et peu amusant. Un bide impressionnant mais mérité, notamment vu la bande-annonce. De toute façon, un film américain avec Lambert Wilson ne peut qu'être nul (Matrix 2 et 3, Catwoman...).

 

 

 


 
 
 

 

 

3) Pluto Nash (2001) de Ron Underwood : 145,9 millions de dollars de perte.

 

http://images.allocine.fr/r_160_240/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/00/02/50/60/affiche.jpg

 

Film de science-fiction humoristique sur un tenancier de bar refusant de céder à des acheteurs véreux et lançant un mouvement de révolte malgré lui, Pluto Nash est l'exacte illustration de la descente aux enfers (et aux films pourris) d'Eddie Murphy, acteur-comique roi des années 80 et 90. Une triste chute pour lui, confirmée par les films qui suivirent et cette bande-annonce.

 

 

 

2) The Alamo (2004) de John Lee Hancok : 146,6 millions de dollars de perte.

 

 

http://images.allocine.fr/r_160_240/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/35/23/47/18376004.jpg

 

Remake d'un film légendaire avec John Wayne, récit d'un des moments importants de l'Histoire américaine (le massacre de Fort Alamo, Texas, par l'armée mexicaine), Billy Bob Thornton en Davy Crockett, Dennis Quaid, Patrick Wilson... la recette, normalement, d'un grand succès. Hélas, l'échec retentissant du film mit un terme à ces rêves. La bande-annonce, d'un patriotisme monstrueux et quasiment insupportable, l'explique peut-être.

 

 

 

1) L'île aux pirates (1995) de Renny Arlin : 147,2 millions de dollars de perte.

 

http://images.allocine.fr/r_160_240/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/images/affiches/035730.jpg

 

Film de pirate avec Geena Davis et Matthew Modine sur l'héritage d'une carte et des combats en mer, L'île aux pirates a été le plus grand flop de tous les temps. Peut-être arrivé trop tôt, peut-être trop dénué de folie et de second degré (ce qui a fait le succès de Pirates des Caraïbes, du moins dans l'excellent premier opus au moins), L'île aux pirates a entraîné dans sa chute la société de production qui en était à l'origine.

 

 

 

***

 

Si les chiffres de John Carter sont confirmés, il rentrera directement à la première place de ce classement, notamment à cause d'une promotion terrible. A voir si de nouveaux opus ne viendront pas, eux aussi, bousculer la hiérarchie !

A bientôt !

 

 

 

 

 

Commenter cet article

Romain 22/03/2012 22:49

Bide prévisible de John Carter. Je suis plutôt content qu'il marche pas : on sortira peut-être de cette mode pourrave des films avec des aliens humanoïdes/monstres minables façon gros budget qui
pullulent depuis Avatar (Green Lantern, Choc des Titans, etc)

BenT 23/03/2012 11:27



A la base, c'est quand même une super série de bouquins révolutionnaires : ça aurait été plus intéressant de voir ça que Avatar 2 ou Wrath of the Titans.