Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Green Arrow : Longbow Hunters - La bibliothèque de Ben Wawe

Publié le par BenT

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/en/thumb/e/e9/Green_Arrow_The_Longbow_Hunters.jpg/250px-Green_Arrow_The_Longbow_Hunters.jpg

 

Nom : Green Arrow : The Longbow Hunters.

 

Date de publication : 1987.

 

Editeur : DC Comics.

 

Auteur : Mike Grell.

 

Pitch : Oliver Queen, dit Green Arrow, subit la crise de la quarantaine. Déménageant avec sa compagne Dinah Lance, dite Black Canary, à Seattle pour ouvrir un commerce de fleuriste dans une tour quasi médiévale, notre héros cherche un nouveau but dans sa vie, alors que son amie a abandonné le costume de super-héroïne pour des enquêtes plus urbaines et terre-à-terre sur le fléau de la drogue en ville.

Abandonnant les flèches gant-de-boxe ou bombes, retournant à son inspiration et ses premiers amours (Robin des Bois et des flèches normales), Ollie essaye de dépasser sa peur de la mort et le refus de Dinah, avant de partir dans une enquête, de lui faire un enfant car leurs vies sont trop dangereuses. Green Arrow : The Longbow Hunters narre alors l'évolution du personnage, qui découvrira et s'immergera dans un univers très réaliste dans le commerce de drogues, les serial-killers, les bouchers humains, les manipulations de la CIA et une mystérieuse archère japonaise qui ne le laissera pas insensible.

Dépassant la ligne noire pour sauver Dinah d'un monstre, abandonnant les repères moraux des super-héros pour faire face à la dure réalité et aux choix impossibles à faire pour le Bien commun, Green Arrow va passer du statut de comparse de Green Lantern à justicier urbain crédible, réaliste et terriblement humain. Cette histoire raconte ce changement.

 

Ma critique : Un an après Dark Knight Returns, quelques mois après le début de Watchmen, l'éditeur DC Comics permet à Mike Grell de moderniser et d'assombrir terriblement un héros tombé quelque peu dans l'oubli après d'excellents moments dans la série Green Lantern/Green Arrow par Denny O'Neill et Neal Adams où notre héros avait développé une opinion politique socialiste tandis que lui et son ami découvraient la réalité américaine et ses drames (racisme, drogue, etc.).

 

http://4.bp.blogspot.com/-vdLWvFuxXWo/T9UZoeWMj_I/AAAAAAAAGcw/rHjQikG6hCw/s1600/Green%2BArrow%2B-%2BThe%2BLongbow%2BHunters%2B%25231%2B-%2BPage%2B14.jpg

Oliver retrouve ses racines et son inspiration.

 

Green Arrow : The Longbow Hunters est donc une mini-série en trois parties, entièrement réalisée par Mike Grell, déjà connu pour son travail sur le personnage Warlord, qui tranche entièrement avec le style habituel du personnage. Oliver Queen est en effet à la base un pseudo Batman, milliardaire luttant contre le crime avec un costume, un jeune équipier, une Arrow-Cave, un Arrow-Plane et des tonnes de flèches gadgets. Si O'Neill et Adams lui donnèrent un aspect politique divergent, le personnage souffrait toujours de cette ressemblance avec Bruce Wayne, même si la perte de sa fortune coupa plusieurs éléments de ressemblance.

Mike Grell, cependant, va plus loin en faisant de Green Arrow un justicier urbain, confronté non pas à des super-vilains mais à des hommes et femmes bien humains. Ollie affronte en effet un serial-killer bien réaliste, des dealers de drogue bien crédibles, et des agents de la CIA qu'on peut imaginer dans cette situation, spécialement dans les années 1980 et les nombreuses oeuvres de fiction revenant sur les grands complots de l'Agence dans le monde entier. Seul aspect vaguement super-héroïque : Shado, l'archère japonaise, même si son histoire et son concept sont acceptables dans une histoire aussi réaliste.

 

http://www.freakinawesomenetwork.net/wp-content/uploads/2011/09/Grell-Green-Arrow-The-Longbow-Hunters-n.3-p.2-3.jpg

L'instant fatal et choc de l'histoire.

 

L'auteur emmène donc le personnage dans une voie extrême, en privilégiant le polar et l'espionnage aux récits classiques. A ce titre, Green Arrow semble à la base mal à l'aise dans cet univers, incapable de comprendre ses règles et d'y évoluer sereinement, mais le récit l'amène peu à peu à revoir les bases de son action et les limites qu'il se fixait.

Dans la réalité, les "méchants" ne racontent pas leurs plans aux héros, ne leur laissent pas des opportunités pour s'enfuir et n'échouent pas à les blesser ; dans la réalité, et cette histoire, le héros ne peut pas se tenir à sa règle de "je ne tuerai personne" alors que les ennemis ne prennent pas de gants. En un sens, Green Arrow doit quitter son habit de super-héros pour devenir un véritable vigilante urbain, et doit accepter de se salir les mains pour le Bien commun, quitte à dépasser les lignes quand il s'agit de régler véritables problèmes de la ville et de ses proches.

 

http://www.essentialwebcomics.com/showcase/images/stories/rjd/the-longbow-hunters-sample-page-02.jpg

Shado, l'archère qui sera si importante par la suite.

 

Fondamentalement pessimiste et violent, Green Arrow : The Longbow Hunters n'en est pas moins une excellente histoire. En trois longs et denses numéros, Mike Grell construit une intrigue solide, à tiroirs, mettant donc en avant un serial-killer, des trafiquants de drogue, un complot international de la CIA, une vengeance des Yakusa, l'origine d'une nouvelle concurrente puis alliée puis peut-être plus de notre héros, tout en faisant franchir un palier au personnage, en approfondissant sa relation avec Black Canary et en créant des personnages secondaires qui seront le ciment de la suite.

C'est impressionnant et passionnant à découvrir, car Grell pose ici les bases de la future série Green Arrow qu'il animera pendant 80 épisodes, poussant encore et toujours Oliver Queen dans ses ultimes retranchements et l'abandonnant dans des conflits moraux et politiques.

 

http://girl-wonder.org/dimestoredames/wp-content/uploads/2011/07/shado2.png

Un des duels de fin. Je suis fan de la composition des images.

 

Mike Grell démarre donc ici un passage de qualité sur un personnage à qui il fera subir les pires atrocités, l'ayant déjà obligé à tuer dans cette première saga, première base de la longue chute à venir.

Green Arrow : The Longbow Hunters est donc une pièce d'histoire, pour montrer le changement profond d'un personnage (qui ne durera pas jusqu'à aujourd'hui, hélas), mais aussi et surtout un très bon récit, puissant et solide, magnifié par les dessins un peu figés mais prenants de Mike Grell. Un indispensable, tout simplement.

 

 

La bibliothèque de Ben Wawe contient aussi :

1. Batman : Dark Knight Dynasty

2. Batman : In Darkest Night

3. Osborn

4. Moriarty : The Dark Chamber

5. Gotham Noir

6. Masqué T1

7. Captain Swing et les pirates électriques de Cindery Island

8. Soldat Inconnu T1 : Possédé

9. Green Lantern : Emerald Twilight

10. Gravel T1 : Sales menteurs

11. Batman Earth One

 

Commenter cet article

greenarrow 08/04/2013 19:15

Tout à fait d'accord avec toi ;)

GreenArrow 08/04/2013 16:28

C'est vieux! on remonte aux origines de green arrow

BenT 08/04/2013 19:09



C'est ça qui est bon !