Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Spider-Men - La bibliothèque de Ben Wawe

Publié le par BenT

 

La bibliothèque de Ben Wawe contient aussi :

1. Batman : Dark Knight Dynasty

2. Batman : In Darkest Night

3. Osborn

4. Moriarty : The Dark Chamber

5. Gotham Noir

6. Masqué T1

7. Captain Swing et les pirates électriques de Cindery Island

8. Soldat Inconnu T1 : Possédé

9. Green Lantern : Emerald Twilight

10. Gravel T1 : Sales menteurs

11. Batman Earth One

12. Green Arrow : Longbow Hunters

13. Turf

14. Superman : Last Son of Earth

 

 

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41i8s%2BgQMqL._SS500_.jpg

 

Titre : Spider-Men.

 

Maison d'édition : Marvel Comics.

 

Année de publication : 2012.

 

Auteurs : Brian Michael Bendis (scénario), Sarah Pichelli (dessins).

 

Pitch : Peter Parker, Spider-Man de l'univers 616, est téléporté dans l'univers Ultimate suite à un accident avec Mysterio. Là, il rencontre Miles Morales, le nouveau Spider-Man local, ainsi que les versions alternatives des héros et vilains qu'il connaît chez lui.

 

Mon avis : En octobre 2000, Brian Bendis, alors surtout connu pour ses productions indépendantes, lance Ultimate Spider-Man, une modernisation du concept de Spider-Man qui connaîtra un succès fulgurant dans un univers alternatif au monde Marvel classique. Pendant douze ans, de nombreux fans ont attendu et espéré une rencontre entre les deux Peter Parker, entre le bon vieux Tisseur et sa version plus jeune, mais peut-être plus torturée (selon une chronologie que je n'apprécie guère, Peter Parker a vécu 160 numéros d'aventures en seulement une année "en comics").

Ce fameux crossover a donc eu lieu cette année, mais plus entre deux Peter Parker, mais entre le Peter Parker classique et Miles Morales, le jeune afro-américain qui a repris le flambeau d'un Ultimate Spider-Man décédé au champ d'honneur.

 

http://www.comicsblend.com/wp-content/uploads/2012/05/SpiderMen1a.jpg

Sarah Pichelli ne me semble pas à l'aise avec le costume classique.

 

Que dire de ce fameux Spider-Men ? Attendue depuis longtemps, mise en scène par le grand scénariste d'Ultimate Spider-Man et la dessinatrice de la nouvelle version, cette histoire ne bénéficiait pas d'un à priori positif de ma part, tout simplement car je n'avais pas une grande confiance en les capacités du scénariste de gérer un crossover (ses grands évènements, ou même ses crossovers plus petits comme Ultimate Spider-Man/Ultimate X-Men ne m'ont jamais convaincu).

Je me suis trompé. Bendis livre ici un très bon récit, suivant bien l'esprit des deux personnages (malgré quelques accrocs), mais je reste quand même déçu d'une intrigue qui ne parvient jamais à dépasser le cliché et le bête prétexte à la rencontre. J'aurais espéré un peu plus d'ambition.

 

http://comicbookcritic.net/wp-content/uploads/2012/06/SpiderMen_3_Preview2_thumb.jpg

Les deux Spider-Men en action contre Mysterio.

 

Globalement, les points forts de Spider-Men restent ceux de ses auteurs : une grande dextérité et fluidité dans les dynamiques, des répliques qui font mouche, un bon sens des situations et des rebondissements, un grand dynamisme dans les dessins et le plaisir de lire des discussions qui font "vraies" et donnent l'impression de pouvoir être entendues partout.

Bendis livre un récit digne de ses Ultimate Spider-Man, où il met à profit ses qualités de dialoguiste et de scénariste avec une régularité impressionnante. Pichelli n'a, objectivement, pas un trait "joli" à regarder, ses personnages se tiennent mais ne provoquent pas chez moi un intérêt prolongé (les Mary-Jane et Gwen étaient beaucoup plus agréables chez le précédent dessinateur, Lafuente), mais son style dégage un énorme dynamisme qui convient très bien aux pérégrinations de deux Monte-en-l'Air comme Parker et Morales.

 

http://images2.wikia.nocookie.net/__cb20120601220234/marveldatabase/images/1/14/Peter_Parker_(Earth-616)_vs._Miles_Morales_(Earth-1610)_003.JPG

La rencontre.

 

Cependant, malgré ces qualités qui permettent clairement de faire passer un très agréable moment dans ces cinq épisodes, Spider-Men n'est malheureusement pas exempt de défauts.

En premier lieu, j'ai eu du mal à reconnaître un Peter Parker adulte et plus mûr, comme il l'est devenu depuis quelques décennies. Même si je n'ai rien forcément contre, les dialogues parfois un peu trop bavards de Parker, basés sur du "dude", m'ont un peu fait sortir de la lecture, par pur avis subjectif sur le caractère que doit avoir un personnage.

Deux autres points noirs s'ajoutent : l'intrigue et la durée. L'intrigue, parce qu'au-delà de la rencontre et des dialogues entre Spider-Men, il n'y a pas grand-chose ; une vague résolution de mystère sur Mysterio, qui n'a franchement que très peu d'intérêt et j'aurais espéré au moins une rencontre entre Parker et les versions différentes de ses ennemis. La durée, parce que cinq numéros pour une intrigue aussi pauvre, c'est trop et si la lecture en bloc ne le fait pas sentir, la lecture mensuelle n'a pas dû être autant agréable.

 

http://images3.wikia.nocookie.net/__cb20120601220232/marveldatabase/images/d/d5/Peter_Parker_(Earth-616)_vs._Miles_Morales_(Earth-1610)_002.JPG

Les héros se combattent avant de s'associer. Classique mais efficace.

 

Globalement, Spider-Men est une bonne lecture, mais pas aussi recherchée et ambitieuse que je l'aurais voulu. Cela demeure un crossover sympathique, drôle, mais finalement un peu creux, même si les moments d'émotion (Parker/Morales, Parker/tante May, Parker/Ultimates, etc.) sont très, très bien gérés, comme toujours avec Bendis. Pichelli livre un bon travail, même si sa version de Peter Parker ne m'enthousiasme pas, et si j'aurais plus préféré voir un Mark Bagley ici pour faire un vrai lien entre les deux univers (il a travaillé sur les deux versions).

Une oeuvre qui aurait pu être très grande et forte, mais n'est "que" divertissante et bien faite. C'est déjà ça, mais c'est un peu dommage.

Commenter cet article